Effets néfastes du parfum sur l'Homme

   Les substances chimiques qui servent à parfumer les produits peuvent entraîner de graves problèmes de santé chez certaines personnes, en particulier celles atteintes de maladies pulmonaires comme l’asthme ou la MPOC (emphysème et la bronchite chronique =  gonflement ou distension du tissu pulmonaire provoqué par la présence d'air piégé dans les interstices du tissu conjonctif ou du tissu inter-alvéolaire). Le fait d’être à proximité d’un produit parfumé - parfum, chandelle parfumée, détergent à lessive – peut rendre certaines personnes malades. En effet, les phtalates* et les muscs* artificiels sont principalement utilisés dans les parfums. De nombreux scientifiques soupçonnent ces substances d’êtres nocives pour l’homme :
Des études ont été réalisées, comme l’étude « Pas Trop Belle »*, concluant que cinq phtalates auraient des effets toxiques sur la reproduction (Benzyl butyl phthalate, Dibutyl phthalate, Bis(2-ethylhexyl) phthalate, phtalate de diéthyle, phtalate de diméthyle*).
    Une étude réalisée par Health Care Without Harm* a confirmé cela. Elle a montré qu’après avoir subit une trop forte exposition aux phtalates les rongeurs subissaient des dommages de fertilité, de développement sexuel chez le jeune rat ainsi que de développement du fœtus. Les chercheurs essayent donc de remplacer le DEHP* par des phtalates de poids moléculaire plus élevé (pour qu’ils soient moins solubles) ou encore par des substances appartenant à d’autres familles chimiques. Ceci a pour but d’éliminer tout risque de toxicité. Mais l’efficacité de cette technique n’est pas encore prouvée : Remplacer des phtalates par d’autres phtalates ne comporte-t-il pas un risque ? Il serait donc sûrement préférable de se passer des phtalates dans la mesure où on ne connaît pas encore les répercutions de ces molécules sur la santé.
    Les analyses ont révélé d'importantes quantités de DEP dans "Eternity for women" de Calvin Klein et dans "Le Mâle" de Jean Paul Gaultier. De nombreuses études ont prouvé que le DEP pénètre rapidement la peau et se disperse dans le corps à la suite de chaque exposition. Une fois introduit dans le corps, cette substance chimique est vite transformée en mono éthyle phtalate, une molécule suspectée d'endommager l'ADN des spermatozoïdes et de limiter les capacités pulmonaires de l'homme.
    Les industriels font ainsi car les muscs synthétiques sont bien moins onéreux que les muscs naturels. Ainsi, la réglementation évolue. En effet, le MA* est interdit depuis 1995 dans l’Union Européenne à cause de ses effets neurotoxiques* et de sa photosensibilité*. Le MX* et le MK* sont actuellement les plus utilisés des nitromuscs* mais devraient être bannis à partir de 2010 à cause de leur toxicité (effets sur la reproduction, stockage dans les tissus vivants). Il faut savoir qu’il nous est impossible de savoir si un parfum contient, à partir de sa composition détaillée (ou liste INCI*).
La diminution de muscs nitrés* et polycycliques* dans certains parfums est due à l’augmentation de l’utilisation des muscs macro-cycliques. Il faut savoir qu’on ne dispose pour l’heure que de très peu d’information sur leur toxicité. Aussi, de fortes concentrations de nitromuscs et de muscs polycycliques ont par exemple été identifiées dans "Le Baiser Du Dragon" de Cartier et "White Musk" de The Body Shop. Les muscs de synthèse peuvent s'accumuler dans les tissus vivants. En outre, ils renforcent les effets liés à l'exposition d'autres substances chimiques toxiques.
Cependant, les muscs et phtalates ne sont dangereux que lorsqu’ils sont utilisés a une certaine dose. Malheureusement, la présence de ces substances chimiques ne figure que rarement sur les emballages et le public ne dispose pas de véritable moyen pour les éviter.

    Les effets de ces composés ne sont pas fixés : les études réalisées n’ont été effectuées que sur des rongeurs et non sur l’homme. Mais les résultats de ces tests peuvent quand même faire réfléchir sur la nécessité de ces substances chimiques dans les parfums.

    Ces substances toxiques pénètrent dans le corps par la peau ou les poumons. L’exposition à des substances chimiques peut provoquer diverses réactions.
Alors que certains individus ne sont que légèrement sensibles aux parfums, d’autres peuvent avoir une réaction aiguë. Voici quelques symptômes fréquents :

  • maux de tête
  • étourdissements
  • fatigue ou faiblesse
  • essoufflement
  • nausée
  • symptômes semblables à ceux d’un rhume
  • l'aggravation des symptômes d'asthme
  • effets nocifs sur la reproduction

    Ces symptomes sont aussi retrouvés dans les cas de substances naturelles ; en effet les molécules trouvées dans la nature sont aussi hautement allergènes, et souvent beaucoup plus que les synthétiques.

    On peut prendre comme exemple l'orange, dont le parfum, appliquer sur la peau provoque des demangeaisons et irritations sérieuses. Ces réaction violentes (pour les allergiques) peuvent etre evitées : lors de la fabrication du parfum synthétique, le chimiste a la possibilité d'isoler le composant allergène et de le détacher du parfum. Ainsi, la réaction allergique est évitée.
     

   On en conclut ainsi que les parfums synthétiques ne sont pas les seuls a avoir un effets nocifs sur l'Homme. Il faut ainsi rester vigilent lors du choix du parfum, comme le rappelle Yannick Vicaire, chargé de la campagne Toxiques (Greenpeace France) : "En offrant un parfum le jour de la saint Valentin, nous souhaitons exprimer notre amour et non mettre en danger la santé de notre partenaire. Or les parfums, objets glamour de séduction par excellence, sont paradoxalement susceptibles d'engendrer des perturbations endocriniennes chez leurs utilisateurs réguliers, à cause des substances dangereuses qu'ils contiennent et qui s'accumulent dans le corps humain."    


Quelques définitions utiles…

Phtalates : groupe de produits chimiques apparentés du point de vue de leur structure à l’acide organique connu sous le nom d’acide phtalique.

Musc : Substance brune à l'odeur pénétrante, que l'on extrait des glandes abdominales de certains cervidés d'Asie centrale, utilisé pour faire durer l’odeur des parfums.

Etude « Pas Trop Belle » et étude « Health Care Without Harm »: études réalisées en 2002 rassemblant les pour ou contre des parfums et autres produits cosmétiques, notamment leurs effets nocifs sur l’Homme et l’environnement.

Benzyl butyl phthalate, Dibutyl phthalate, Bis(2-ethylhexyl) phthalate, phtalate de diéthyle, phtalate de diméthyle : phtalates principalement utilisés comme additifs pour plastifier le PVC ou d’autres polymères, ainsi que dans des parfums, des laques pour cheveux, des adhésifs et colles, des produits automobiles et des revêtements de sols en vinyls.

MA : musc ambrette

Neurotoxiques :  caractérise une substance capable d'agir de manière nocive sur le système nerveux.

Photosensibilité : Sensibilité a la lumière.

MX : musc xylène

MK : musc cétone

Nitromusc : Musc synthétique

INCI : Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques.

DEHP : phtalate toxique interdit

Nitrés : qui contient du nitrate de potassium.

Polycycliques : relatif à plusieurs phénomènes périodiques ayant des fréquences différentes.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×